Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Chant du Tibet

Horizons lointains

29 Mai 2009, 08:47am

Publié par Chris

L'uniformité du terrain que rien ou presque ne trouble permet à des pensées de surgir. Elles m'accompagnent des heures durant. Ce matin, je roule seul, aveuglé par le reflet du soleil qui brille face à moi, sur une route plate comme la main, entouré par un paysage monotone et je ne m'ennuie pas. Le fil de mes pensées me tient éveillé. Rien ne parvient à le distraire, à en rompre le fil. Je mesure la puissance de l'esprit à se détacher de son environnement direct. Cette deuxième journée à vélo sonne véritablement le départ de l'expédition. Ce fut en tout cas le départ le plus laborieux que j'aurais jamais connu. Pendant 4 jours, la neige, l'hiver et les tempêtes de vent avaient rendu l'endroit hostile. Dans cet univers froid et immense, j'ai gardé en esprit cette phrase de Mike Horn : "Ce n'est pas parce qu'on atteint pas toujours son objectif qu'il faut renoncer."

 



Du coup, je ressens le besoin impétueux d'avancer, comme pour conjurer les ratés des jours précédents.
J'abats 125 km presque d'une traite. Insensiblement, je passe de 900 mètres à seulement 25 mètres d'altitude !
La pente est si faible que seul l'altimètre peut la matérialiser et la rendre tangible. L'oeil porte loin, trop loin. Parfois la lassitude me gagne. Seule la perspective de la ville me pousse à pédaler encore et encore.   



Sur la G 314 belle comme une autoroute, je file à 30 km/h, sans faiblir. L'axe routier fend un plateau rocailleux qui s'étend à perte de vue. Dans le Xinjiang, les points de vie sont très espacés. Mieux vaut ne pas les manquer. A Toksum, des producteurs de cacahouètes s'agitent à ma vue. Ils sont hilares. Après ces heures solitaires, cette bonne humeur m'arrête dans ma course. J'aime beaucoup ces élans de fraîcheur spontanée où la simple vue d'un étranger sufit à déplacer tout le voisinage dans un grand éclat de rire.
Je repars, rempli d'une énergie nouvelle et chargé d'un bon kilo de cacahouètes que deux mains me tendaient avec joie. 


Producteurs de cacahouètes chinois






Vendeurs de Nans, Toksum

 


Sourire Ouïghour

Commenter cet article