Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Chant du Tibet

Escale à Gangotri

1 Septembre 2008, 14:20pm


Juché à quelques 3.100 mètres d’altitude, Gangotri est un petit village himalayen coincé au bout d’une vallée où le Gange prend sa source. Christophe et Fred ont décidé d’y passer une journée, le temps de reprendre des forces avant le passage de la frontière tibétaine. Plusieurs nuits de quasi-insomnie due à l’apreté du bivouac ont mis leur résistance à rude épreuve. Le choix de partir sans tente et de privilégier le ‘moindre’ poids du sac au dépens du confort est remis en cause. La fatigue se fait sentir, en raison du manque de sommeil plutôt que des kilomètres parcourus. Sans compter ces ‘esprits maléfiques’ qui errent la nuit et hantent le cerveau ! On passe d’une exaltation délirante le jour à un découragement abyssal la nuit. Et dire que le voyage commence seulement. Qu’en sera-t-il dans quelques semaines ?

 

À Gangotri, Christophe et Fred ont trouvé un petit hôtel qui leur permettra de dormir au sec et au calme. L’hébergement est certes précaire, mais qu’importe ! le bonheur d’un toit sur la tête est un authentique délice.

 

Gangotri est situé à environ 25 km de la frontière avec le Tibet. L’unique route qui mène à Nelang est interdite. L’armée indienne est partout. Christophe et Fred sont allés en reconnaissance des lieux. Ils ont tenté une avancée sur cet itinéraire, ô surprise, goudronné, tout du moins sur le tronçon qu’ils peuvent apercevoir. L’endroit est très encaissé, avec une gigantesque falaise d’un côté et un immense précipice à-pic de l’autre. Ils n’avaient pas fait 500 mètres qu’un véhicule s’arrêtait à leur hauteur. Les petits hommes verts qui se trouvaient à bord leur ont intimé, somme toute courtoisement, l’ordre de faire demi-tour. Le passage de la frontière va se révéler plus difficile que prévu. Il va bien pourtant falloir emprunter cette voie pour rejoindre Puling, Tholing, puis Tsaparang et enfin le Mont Kailash. Il paraît que la nuit porte conseil, alors... ?

R.

Commenter cet article