Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Chant du Tibet

Dernière ligne droite (façon de parler !) avant la frontière tibétaine

27 Août 2008, 20:04pm


Mercredi 27 août, Christophe et Frédéric se trouvent à Uttar Kashi, à quelques 98 km de Gangori où ils aviseront alors à la façon qu'ils adopteront pour passer la frontière.

 

Tout est OK, si ce n’est cette fichue mousson. Après une arrivée remarquée un soir dans un village, les habitants invitent Christophe et Frédéric à camper sous un magnifique banian. Exténués, ils ne mettent pas longtemps à trouver le sommeil. Vers minuit, branle-bas de combat. Un incroyable déluge s’abat. Réveil brutal. On s’extirpe tant bien que mal de son sac de couchage... Récupération des affaires éparpillées en toute hâte. Course effrénée (quasi nus) vers un abri qu’on ne sait pas où il est, vu qu’on ne connaît pas les lieux et que c'est l'obscurité totale partout ! Refuge salvateur enfin trouvé près d’un poulailler d’une puanteur pestilentielle. Mais bon, on n’a pas le choix. On finit la nuit comme on peut dans la basse-cour !

 

Marcher prend du temps. Il faut faire attention au moindre pas. Pour avoir voulu avancer la tête en l’air l’espace de quelques secondes, Frédéric a failli découvrir les joies d’une entorse, et Christophe s’est retrouvé soudainement 2 mètres plus bas que le sentier après avoir ripé sur un caillou. Les vallées sont très encaissées, les pentes sont de l’ordre de 50 à 60 %.

 

Vue de la petite cahute téléphonique le temps d’un coup de fil : une vache passe, mélancolique  ; un enfant déboule sur un vélo deux fois trop grand pour lui et dont les deux pneus sont crevés ; les fils du combiné pendrouillent de toutes parts, faut pas trop tirer sinon la conversation devient hachée... Frédéric qui s’impatiente, lui aussi veut appeler.

 

R.

Commenter cet article